Chorale des Jeunes « 1, 2, ...4 ! » - Les instrumentistes



Nos z'instrumentistes

Les zinstrus

La tradition des usuelles messes dominicales voulait que les chants solennels et liturgiques soient accompagnés pompeusement à l’orgue (qui est dans un piètre état, dans notre église. Y a-t-il des âmes généreuses pour le remplacer par celui de la cathédrale ?!). Mais, puisqu’elle accompagne la messe samedinicale et qu’elle a l’habitude de faire « pas comme les autres », la Chorale a opté pour un accompagnement non-conformiste : qui donc aurait un jour accompagné un chant grégorien d’une basse, de guitares et d’une batterie ?! Introduit un répertoire plus rock ?! Ou même mis le feu à l’autel avec une reprise de Let my people go, devenu le tube choralien Seigneur, Tu Cherches Tes Enfants (D 34) avec ses solos de trompette, piano, flûte et batterie ?!

Les instrumentistes représentent bien l'esprit chorale : on profite des talents de chacun, on prend plaisir à jouer ce qu'on joue, les « vieux » apprennent aux « nouveaux », on essaie de varier le plus possible les styles et les personnes...

Bien sûr, on peut leur rajouter des caractéristiques particulières : ainsi, nombre d'entre eux ont un égo démesuré (au point de se faire une page rien que pour eux...), tous font de près ou de loin de la musique avec autre chose que leur voix, beaucoup savent presque lire toutes les notes, ils ont la faculté de changer le ton en ré de tout ce qui leur passe sous les doigts (sous la pression, il est vrai, de la tessiture des choristes), c'est sur eux que l'on crie pour réussir à s'entendre pendant les répèt' ou juste parce que ça ne va pas, ils ont une tendance à se réunir dans un kot tout récemment rénové pour embêter les voisins jusque tard dans la nuit, ils arrivent à transformer n'importe quelle chanson (Douce Nuit en est un exemple parmi tant d'autres) en disco-moche, tous veulent absolument faire entendre le p'tit détail qui tue dans un morceau (d'où une tendance à ce que le son monte...) et ils ont une fâcheuse tendance à vouloir vider le compte de la chorale à tout bout de champ (chant ?!) pour acheter LA cymbale ou LE câble garanti à vie (qui est cassé après deux répèt')...

Mais finalement, les instrumentistes ne font que se surmotiver pour accompagner et soutenir nos chers petits choristes pour que chaque chant devienne quelque chose de beau !

Les vents

Greensleaves, par les "ventistes"

Que seraient nos intros et interludes sans eux ?! (réponse : moches)

Nous disposons d'une trompette (JiF), d'une clarinette (PY), d'une flûte taversière (Arnaud), et de moultes flûtes à bec (Vanina, Max, Yannick et Gégé - qui apprend...). Tout ce qu'il faut pour créer une ambiance et mettre une p'tite touche colorée à chaque morceau !

Les claviers

Pi & Hélène
Pi, PY, Pi , Pyg, Pyway, Pitou, ou puisqu'il n'aime pas tous ces surnoms,
Pierre-Yves, qui accompagne Hélène sur Il changeait la vie.
Gégé
Gégé, qui prend peu à peu la relève aux claviers
et qui commence à gérer les intros...

Il a toujours été là, celui là. Bien qu’il ait maintes fois changé de couleur, de forme, de marque, d’âge, et qu’il doit bien être le 5 ou 6ème de la Chorale, le clavier accompagne sans cesse les petits chanteurs. Ca « remplit ».

Les claviéristes se sont succédés au fur et à mesure que les gens grandissaient, vieillissaient, ou se lançaient dans la vie active. Parmi ceux-ci : on nommera « Tonton Olivier »; Roland, qui a accompagné la Chorale de longues années durant; Marc, qui s’est accompli chez nous, et qui a dû nous laisser pour continuer à faire vivre son propre groupe; Aline, qui vient encore nous voir de temps en temps; Pierre-Yves, claviériste titulaire actuel; Hélène, qui met son talent à notre disposition pour les grandes occasions et le p'tit dernier : Geoffroy... Il ne faut pas s’inquiéter : les claviéristes ont chaque fois veillé à prévoir la relève, apprenant aux plus jeunes les bases de l’accompagnement, et les laissant évoluer dans leur propre style ensuite.

Les cordes

Guitares
Nos dieux de la guitare : Rémy et Gus.
Max à la basse
Max et son inséparable...

Dans les cordes, nous avons : les guitares, le violon et la basse.

Les guitares n'ont pas toujours eu la même importance qu'aujourd'hui. Pendant les périodes « creuses », le clavier reprenait toute la partie de base. Les guitares sont réapparues progressivement pour devenir incontournables. Ainsi, si quelques morceaux des précédents concerts ont été joués exclusivement avec le soutien de guitares, on leur a fait définitivement confiance pour Change le Monde, où on a pu entendre vraiment de belles choses (le solo de We will rock you et Téléphone, entre-autres) ! Cela n'a été possible que grâce au talent et au travail de nos chers guitaristes !

Le violon d'Aline fait de temps en temps son apparition pour nous rappeler les bons souvenirs de son crin-crin...

Maintenant que je (Yannick) me suis émancipé de derrière la batterie, je peux désormais faire résonner ma basse chérie dans les murs de Saint-Joseph. Je donne le soutien rythmique et mélodique nécessaire par un jeu assez appuyé, merveilleusement amplifié par mon inséparable Peavey 15" qui trône derrière moi. C'est devenu un tel plaisir que j'ai parfois du mal à céder ma place à Max, qui s'est récemment converti aux quat'cordes..;)

Moi
Yannick, lors du dernier concert.

Les batteurs

Annesoh
Anne-Sophie
Moi
Yannick
JiF
Jean-François

Trois batteurs, trois styles différents !

Les batteurs forment encore un sous-genre de la famille des instrus... Ils ont une vue encore différente de la Chorale de derrière leurs caisses ou d'au-dessus de leur estrade spécialement faite pour eux ;) ! Quand Michel est parti, je (toujours Yannick) représentais la relève, mais j'étais tiraillé entre les voix basses, la batterie et ma basse, et ça faisait beaucoup. Denis - le frère de Marc - a assuré également l'intérim jusqu'à ce que de nouveaux prétendants aient été rigoureusement sélectionnés (genre battery academy). Annesoh et Jif, puisque c'est d'eux qu'on parle, ont appris le « comment faire en sorte que la Chorale ne se traîne pas » et les subtilités du « boum-tchick-boum-tak », pas toujours très d'une façon très orthodoxe, mais pleine d'entrain et d'enthousiasme.
Maintenant qu'on peut lui faire (plus ou moins) confiance, Jif est devenu le batteur n°1, puisque je fouette d'autres chats et qu'Annesoh est, elle aussi, tiraillée entre les voix hautes et sa nouvelle fonction d' « assistant-chef » qui semble être plus à la hauteur de ses ambitions ;) !

Bruits en tchick, oeufs, woodblock...

D'un ensemble lambda de caisses et de cymbales, on est arrivé aujourd'hui, à force d'investissements et de remplacements, à une batterie assez homogène et complète, pour faire face à toutes les situations. On en voudrait toujours plus (une cymbale 10", des nouveaux fûts...), mais nous pouvons être heureux, les dernières acquisitions (chimes, stands de cymbales...) sont vraiment à la hauteur de nos attentes !

Les batteurs ne se contentent pas de ça, ils sont aussi les délégués percus en tout genre, des djembés, au tchick, aux oeufs, au woodblock et au bruitages de toutes sortes...

On se souviendra d'une magistrale première de Je voudrais marcher lors de la messe du centenaire, en présence de toutes les chorales réunies - qui s'attendaient plutôt à deux misérables bongos qu'à une troupe de djembés de bonne taille !